editorial . groupement artistique diaspora-arménie
 
accueil
sommaire
 
armenie art
   agenda
   artistes
   chroniques
   instruments
   de musique
   comprendre
 
librairie musicale
   cd musique
   audiovisuel
   ouvrage
   instruments
   listing produits
   commande
 
membre japel
liens
contacts

 

 


<< accueil 
<< arménie art  << chronique


éditorial

>>  Un espace qui changerait tout !
Aujourd'hui à Paris, peut-on aller dans un lieu arménien avec des amis, qui ne le sont pas forcément, et de ressortir de là sans avoir l'impression de leur avoir fait découvrir combien l'arménien peut être ringard, surtout au niveau de la musique. Un tel lieu, même en région parisienne, je n'en connais pas. Si vous pensez le contraire, n'hésitez pas à me donner des adresses. Un lieu où l’on pourrait écouter de la bonne musique arménienne, voir des artistes sur scène, découvrir des jeunes talents. Un lieu où même la déco serait arménienne ; ou plutôt « néo-diasporico-arménienne » ! Un lieu qui représenterait tous ceux qui ont un lien avec l'arménité mais qui habite depuis des années en France. Un lieu qui aurait cette distinction spécifique de la multi-culture que nous avons en nous. Au delà des arméniens nés en France, je pense à tous ceux qui sont nés au Liban, en Turquie... en Arménie. Mais ils sont là ; à Paris, à Marseille... à Lyon. Et c’est bien ça que nous défendons, que chaque artiste s'exprime en utilisant toutes les facettes que composent son être.


Il y a beaucoup d'artistes d'origine arménienne en France et surtout des jeunes qui ne cherchent q'une chose : se produire sur scène et se prouver de leur talent. Que propose t'on aujourd'hui à tous ces artistes et surtout quelle éducation artistique la communauté arménienne de France a pu donner à ses enfants. Des jeunes qui vacillent entre deux cultures : la première qu'ils connaissent bien, grâce à la rue et les médias français (ça vaut ce que ça vaut !) et la seconde qu'ils ne connaissent, dans le meilleur des cas, qu'à travers France-Arménie, Les Nouvelles d'Arménie, Radio Ayp... et ça vaut ce que ça vaut, aussi ! Malheureusement, le constat est là : les jeunes arméniens, voire les moins jeunes, ne connaissent pas grand chose de leur culture. Je ne veux pas dénigrer là, le travail des associations arméniennes de France. Ce travail qu'ils font bien. Cependant, les jeunes ne sont pas trop attirés par les structures arméniennes, ils sont déjà difficilement attirés par leur arménité. 
Il faut redonner des valeurs à notre arménité. Créer des lieux où les hays pourraient venir avec leurs copains et copines français, beurs, blacks… en toute tranquillité, voire avec fierté de faire découvrir cet endroit à leurs potes. C’est peut-être cet espace qui deviendra leur culture de la rue... arménienne.


L'association Japel qui prône depuis 17 ans la diffusion artistique arménienne en France,
se propose de combler ce vide. L’expérience et le travail de toutes ses années nous donne aujourd’hui l’infrastructure nécessaire pour gérer ce fameux lieu qui nous permettra de créer avec harmonie les trois espaces que sont l’instant, le pays et l’origine.
Malgré tout ça, il nous manque encore un espace, celui qui est le plus dur… le plus dure dans sa matière qui serait la pierre ou le fer. Cet espace là, c'est tout simplement un local. C’est pour cela que JAPEL lance cet appel.

>> Patrick  Papazian

>>
archives édito
 

>>>>>
Pour toutes questions ou remarques :
Contact Japel 
japel - chemin du petit bosc - 76450 ourville en caux, france  /  téléphone : ( 33) 0 235 10 05 42